Publié par Laisser un commentaire

Beaujolais nouveau – Histoire, saveurs et origine d’un vin populaire

Beaujolais nouveau - Histoire, caract=eristiques et saveurs sur le guide du vin en ligne de Tastavin.

Le Beaujolais nouveau et ses soirées entre amis autour d’une bouteille rappellent à beaucoup de merveilleux souvenirs. Certains l’adorent, d’autres le regardent avec hauteur, mais sans réelle animosité. Mais d’où vient le beaujolais nouveau ? Quelle sont ses origines et son histoire ?

Beaujolais nouveau, histoire d’un vin primeur de novembre

Pour comprendre l’histoire du beaujolais nouveau, penchons-nous d’abord sur les vins primeurs. Un vin dit primeur est un vin jeune qui est commercialisé immédiatement dès la fin de sa vinification. Pour beaucoup, les vins primeurs sont trop jeunes et sont une aberration car ils n’ont pas eu le temps de parfaire leurs arômes en chai. Pour d’autres, ce sont des vins frais, faciles à boire et peu chers. A vous de choisir votre camp.

Le journal officiel stipulait jusqu’en 1951 que les vins primeurs ne pouvaient pas être commercialisés avant le 15 décembre. Sous la pression de syndicats viticoles des producteurs de Beaujolais, une note stipule que dès lors que certains vins pourraient être commercialisés sous certaines conditions avant cette date. Le 15 novembre avait été choisi comme date de lancement de ces vins très jeunes qui remplissaient ces fameuses conditions. En 1985, on a préféré utiliser le 3ème jeudi de novembre, car le 15 novembre tombait parfois le week-end, le dimanche et bien trop proche du jour férié du 11 novembre. Après un rapide calcul, il est alors très simple de connaître la date du Beaujolais nouveau de chaque année. Voir le tableau des dates du beaujolais nouveau ci-dessous.

Date du beaujolais nouveau

Date du beaujolais nouveau 201519 novembre 2015
Date du beaujolais nouveau 201617 novembre 2016
Date du beaujolais nouveau 201716 novembre 2017
Date du beaujolais nouveau 201815 novembre 2018
Date du beaujolais nouveau 201921 novembre 2019
Date de célébration du Beaujolais nouveau

Beaujolais nouveau, cépage et arôme

Cépage du Beaujolais nouveau, Gamay ! Oui mais …

Lorsque l’on pense au beaujolais, on pense immédiatement au cépage Gamay. L’essentiel de la production de Beaujolais nouveau sera en 100 % Gamay. Mais étonnamment, les assemblages seraient tolérés par la législation, si l’encépagement de ces cépages secondaires ne dépasse pas 15%.  On pourrait alors retrouver des vins Beaujolais nouveaux avec des parts de Chardonnay, Pinot gris, Pinot noir, Melon etc … ? Je serais ravi d’avoir la confirmation par un viticulteur de la région si celui-ci lit ces lignes (laissez un commentaire ou écrivez-nous à contact@tastavin.fr). Je vais vous faire une confidence, je n’en ai encore jamais goûté ou trouvé qui n’était pas 100 % Gamay !

Vinification et arôme

J’en vois déjà quelques-uns approcher et me sortir immédiatement : Banane ! Certes, il est vrai que certaines Beaujolais nouveaux ont des arômes de Banane, mais regardons plus en détail sa vinification.

Le Beaujolais utilise traditionnellement la macération carbonique. C’est-à-dire que les grappes sont laissées entières à macération 4 jours en cuve saturée de CO2. Afin d’obtenir une parfaite saturation de CO2, les cuves sont d’abord remplies d’une part de la récolte où elle est foulée et levurée afin de commencer une fermentation.

Une fois les 4 jours de cette macération, dite « macération beaujolaise », écoulés, le reste de la vinification se fait classiquement, avec une fermentation alcoolique, suivi d’une fermentation malolactique.

D’où vient l’arôme de banane du Beaujolais nouveau ?

Lors de cette macération carbonique et ensuite au cours de la fermentation alcoolique, on peut voir apparaître un ester (une molécule chimique responsable des arômes pour simplifier), l’acétate d’isoamyle. On parle alors d’arôme amylique. Le développement des acétates d’isoamyle et d’arôme amylique sont renforcés par l’ajout de levure spécifique.

Cette molécule, seule, a une forte odeur de banane. Dans le vin et sous l’action des autres molécules  comme les alcools et levures ajoutées, elle donne au Beaujolais nouveau des arômes de banane, de fraise, de bonbon anglais et de framboise.

On utilise parfois l’acétate d’isoamyle dans le vernis à ongle, c’est pour cela que certains parlent d’arôme de vernis à ongles lorsqu’ils boivent du Beaujolais nouveau.

Beaujolais nouveau, explication par votre caviste sur internet Tastavin.
Beaujolais nouveau, explication par votre caviste sur internet Tastavin.

Une fête qui a traversé les frontières

Après le succès commercial de la sortie du Beaujolais nouveau en France, le marché asiatique est devenu très friand de cette tradition. Ce vin primeur est très attendu au Japon et en Corée du Sud, où ils attendent minuit dans la nuit du mercredi au troisième jeudi de novembre pour pouvoir boire les premiers verres. Près 50 % de la production de Beaujolais primeur est vendue hors des frontières françaises, outre l’Asie, on retrouve l’Allemagne et les Etats-Unis dans les principaux importateurs de Beaujolais nouveaux !

Peut-on conserver du Beaujolais nouveau ?

Pour finir cet article, répondons à LA question que beaucoup se pose. Peut-on garder une bouteille de Beaujolais nouveau et si oui combien de temps ? Et bien oui, le Beaujolais primeur est un vin qui peut se garder quelques années, de deux à trois ans sans trop de problèmes. L’inconvénient est qu’il va continuer sa vinification en bouteille et perdre ses caractéristiques et arômes typiques. Vous aurez alors un Beaujolais plus classique lorsque vous l’ouvrirez quelques années plus tard.

Cet article vous a plu ? Retrouvez tous les articles de notre équipe de caviste.

  • Dégustation Rosé – Muse de Collioure des vignerons catalans
    n goutant ce vin et en fermant les yeux, j’avais pensé être en terrasse sur un petit bar du port de Collioure, admirant l’église Notre-Dame-des-Anges. En y entrant, il y a une chapelle où siège une statue de Catherine d’Alexandrie. Est-ce-toi Catherine, vêtue de ton maillot de bain vintage que l’on retrouve sur la bouteille, as-tu traversé la mer ? Mais tu n’es pas Catherine, ni une baigneuse.
  • Les vins de Corrèze ont leur AOP
    L’INAO, organisme en charge de l’attribution des AOP, a validé le 3 mai 2017 l’AOP Corrèze. Une partie du vignoble de ce département de la région Nouvelle-Aquitaine possédait déjà une appellation IGP. Le sud-ouest du département de la Corrèze peut maintenant se targuer du prestigieux titre AOP Corrèze.
  • Printemps 2017, le gel fait à nouveau des dégâts dans le vignoble français
    La Bourgogne a été particulièrement touchée avec des températures de -6°C dès le 19 avril 2017. La situation est problématique car le froid touche des bourgeons en éclosion. Ceux-ci sont très fragiles face aux attaques de gel et ils risquent de donner des rendements très bas, voire inexistant.
  • Vendanges 2020, un millésime qui s’annonce exceptionnel pour certaines régions
    La précocité est historique. En cause, l’un des printemps les plus chaud du XXIème siècle, ainsi que de fortes périodes de canicule cet été. L’année 2020 a définitivement été marqué par l’apparition du nouveau coronavirus venu de Chine. En raison des chutes des ventes et des besoins en vin, les viticulteurs ont dû vider leurs cuves et diminuer leur stock.
  • Gel historique du millésime 2016 dans le vignoble de Bourgogne
    Le gel a durement touché le vignoble de Bourgogne en cette fin du mois d’avril 2016. Mais quelles seront les conséquences pour les récoltes de vin de Bourgogne ?

Commandez vos vins en ligne auprès de votre véritable caviste Tastavin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.