Publié par Laisser un commentaire

Gel historique du millésime 2016 dans le vignoble de Bourgogne

Millésime 2016 - Gel historique pour le vignoble de Bourgogne

Le gel a durement touché le vignoble de Bourgogne en cette fin du mois d’avril 2016. Mais quelles seront les conséquences pour les récoltes de vin de Bourgogne ? Selon les zones, 30% à 90% du vignoble bourguignon et de la vallée de la Loire auraient été touchés par des températures négatives. Le gel n’est pas redoutable pour les pieds de vignes en hiver, ce qui est à déplorer c’est que les bourgeons étaient sortis. Cela devrait avoir pour conséquence des pertes catastrophiques pour les viticulteurs de la région. Le vignoble de la vallée de la Loire a lui aussi été touché cette année, tout comme en moindre proportion le vignoble de Champagne, du Var et de Cognac. On parle de gel historique sur l’ensemble du vignoble français. La Côte d’or a été la plus touchée par cette vague de gel, de même que le chablisien (où les températures sont tombées jusqu’à -4° C) et le grand auxerrois. La région viticole de Mâcon, situé plus au sud, a été plus ou moins épargnée.

Cette gelée historique rappelle celle de 1994 et 1991. Cette année 2016, la vague de froid a duré trois jours. Quand on pense que certaines communes comme Pommard et Volnay ont été victimes de grêles les trois dernières années, le moral de ces viticulteurs doit être au plus bas.

Jean-Philippe Gervais, directeur technique du Bureau Interprofessionnel Vins de Bourgogne (BIVB)

On considère qu’on avait moins d’une chance sur cent d’avoir une telle vague de froid à cette période de l’année. […] Les conséquences économiques vont être à double effet, d’abord une perte de récolte […] et derrière la gestion d’un vignoble qu’il va falloir conduire a régénérer sa capacité de production.

Route gelée au milieu du vignoble bourguignon au printemps 2016
Route gelée au milieu du vignoble bourguignon au printemps 2016

Solutions contre les gelées printanières dans le vignoble

Il existe quelques solutions techniques. Une de ces techniques consiste à asperger le vignoble avec de l’eau. Ainsi une coque de glace se forme autour du bourgeon et le protège contre les températures négatives. Il est également possible d’allumer des brûlots au milieu des vignes. Ce sont des sortes de grandes bougies qui permettent de garder une température acceptable au niveau du pied de vigne. Le problème est que le risque est tellement faible, environ 1%, que les viticulteurs sont parfois peu préparés à ces vagues exceptionnelles de gel en avril.

Le réchauffement climatique en cause ?

Malgré un hiver doux qui a favorisé le développement des bourgeons, il faudrait plus parler de changement climatique. Les spécialistes observent depuis quelques années des anomalies ou des situations exceptionnelles comme celle qui vient de toucher le vignoble bourguignon. La grêle a de tout  temps maltraitée le vignoble de Bourgogne, ce qui est à déplorer ces dernières années est la fréquence à laquelle le vignoble est touché. Le vignoble de Chablis est désormais largement équipé de filets de protection contre la grêle. Malgré ces phénomènes météorologique catastrophiques et récurrents ces dernières années, de nouvelles solutions de protection ne sont pas encore à l’étude. D’après les statistiques, le risque est trop faibles, jusqu’à quand ?

Le prix du vin va-t-il augmenté à cause des périodes de gel dans le vignoble bourguignon ?
Le prix du vin va-t-il augmenté à cause des périodes de gel dans le vignoble bourguignon ?

Quelles conséquences pour le marché du vin ?

Normalement les prix des vins de bourgogne ne devraient pas trop augmentés et il est encore trop tôt pour savoir jusqu’à quel point les pertes seront importantes. Le prix des vins fonctionnent tel un marché et il est très compliqué d’augmenter trop les tarifs. L’état pourra accorder des aides afin de compenser les pertes des viticulteurs. Mais lorsque l’on sait qu’il devient de plus en plus difficile de se procurer du vin de Bourgogne, ce gel historique de 2016 ne devrait pas améliorer les choses. On parle ici de stock de vin disponible et comme cette année s’annonce encore très délicate, les stocks disponibles de vin de Bourgogne seront très faibles pour les prochaines années. Les viticulteurs vont devoir expliquer à leurs distributeurs qu’ils ne pourront pas les fournir en vin. Les distributeurs de vin ayant besoin de vin, vont malheureusement se rediriger vers d’autres vins, d’autre vignobles et/ou d’autres pays producteurs et nouer de nouvelles connections commerciales. C’est une catastrophe pour de nombreux exploitants viticoles. Rendez-vous dans quelques mois pour constater des dégâts réels sur la production de vin de Bourgogne et de la vallée de la Loire.

Continuez votre lecture sur le blog du vin de Tastavin

  • Vin belge, le vignoble de Bellefontaine
    Il est toujours surprenant de découvrir que le Belgique peut être un terroir de vin. Du vin belge ? Eh oui, le vignoble de Bellefontaine a relevé le pari !
  • Dégustation Rosé – Muse de Collioure des vignerons catalans
    En goutant ce vin et en fermant les yeux, j’avais pensé être en terrasse sur un petit bar du port de Collioure, admirant l’église Notre-Dame-des-Anges. En y entrant, il y a une chapelle où siège une statue de Catherine d’Alexandrie. Est-ce-toi Catherine, vêtue de ton maillot de bain vintage que l’on retrouve sur la bouteille, as-tu traversé la mer ? Mais tu n’es pas Catherine, ni une baigneuse.
  • Les vins de Corrèze ont leur AOP
    L’INAO, organisme en charge de l’attribution des AOP, a validé le 3 mai 2017 l’AOP Corrèze. Une partie du vignoble de ce département de la région Nouvelle-Aquitaine possédait déjà une appellation IGP. Le sud-ouest du département de la Corrèze peut maintenant se targuer du prestigieux titre AOP Corrèze.
  • Printemps 2017, le gel fait à nouveau des dégâts dans le vignoble français
    La Bourgogne a été particulièrement touchée avec des températures de -6°C dès le 19 avril 2017. La situation est problématique car le froid touche des bourgeons en éclosion. Ceux-ci sont très fragiles face aux attaques de gel et ils risquent de donner des rendements très bas, voire inexistant.
  • Vendanges 2020, un millésime qui s’annonce exceptionnel pour certaines régions
    La précocité est historique. En cause, l’un des printemps les plus chaud du XXIème siècle, ainsi que de fortes périodes de canicule cet été. L’année 2020 a définitivement été marqué par l’apparition du nouveau coronavirus venu de Chine. En raison des chutes des ventes et des besoins en vin, les viticulteurs ont dû vider leurs cuves et diminuer leur stock.

Commandez vos vins en ligne et livraison à domicile par un véritable caviste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.